mercredi 17 janvier 2018

Chair Encore
















Les morts vont
Si vite dans le noir

Les mots respirent
A peine
Tout s’éloigne
Se montre
A l'écart des
Flambeaux

Au bout du voyage
Il faut bien s'unir
Pourtant

Obéir au silence

Mais toujours
Le galop redoutable
Finit par emporter

Devenir ce vent
Qui roule

Un esprit desséché
Qui danse comme
Un con sur
Un chemin brûlant







mardi 16 janvier 2018

Membre Fantôme

















Oubliée depuis
Longtemps
Cette liturgie
Comme les autres

Ces rêves lugubres
Restés inutiles

Les saintes paroles
N'ont jamais
Calmé la douleur

Elles n'ont jamais
Enlacé le moindre
Corps  

Préférant s’abîmer
Et parcourir le
Monde péri

Ce fougueux
Désespoir
A pourtant la
Douce voix
De la fuite





lundi 15 janvier 2018

Mouvements






















Par les marques
Que l'on porte
Cet honneur
De le dire

Dans la plus
Grande inquiétude

Comme un pays
Portant encore
L'empreinte
Des ravages
D'une guerre

Une éternité
Ayant déjà mis
Son esprit
A l'arrêt

Avec l'usure
De ces caresses abrasives 

vendredi 12 janvier 2018

Figure






















De cette image
Taillée on retient
Le mensonge
Une chose du néant
Des cordages rompus

On a juste envie
De contrefaire ces
Moments affligés
De crier « place
Au malade »
De faire de ton
Corps le ciel
Le plus éclatant

D'y étendre peu
A peu une main
Puis l'autre
Le sujet de tous
Ces mouvements
Comme on perce
Une foule

Ces gens armés
Qui gouvernent
La ville et qui
Sans le savoir
Me mènent
Auprès de toi 

mercredi 10 janvier 2018

Insinué






















Ce mal
En vieux routier
Savait comment
Répondre

Et mieux encore
De quelle manière
Te prendre

Livrant passage
Après passage
Un silence
Toujours plus
Profond

Dans ta chambre
A coucher
Régnait ce froid
Que tu prenais
Pour le vent
Du large

Ce mal
Plusieurs fois
Pendant la nuit
S'est promené
En toi 
De long en large

Livrant son
Dernier message 

mardi 9 janvier 2018

Ten Years After





















On se prend
A mettre en doute
L'existence

Cette chose qui
Trouble le monde
La mémoire qui
Se vautre
Le charme
Inexprimable
De cette liberté
Foutue qui
S'abandonne
Au tumulte
A ces monceaux
De décombres

Il reste des formes
Des trucs à la Pollock
Des corps fins
En bronze
Il reste de légères
Rides sur le visage
Une pluie à travers
Le feuillage
Qui s’étale
Sur un ciel
Trop clair
Pour être


mardi 26 décembre 2017

Ardente























Elle ne vient
Plus à la pensée
Elle ne suit
Plus les penchants
De son mauvais
Cœur

On lui pardonne
L’infidélité
L’éternité de
Sa cruauté
Sa colère
Comme un feu
Qui emporte tout
Retranche et
Sépare

On refuse
Et refoule
Aussi longtemps
Que possible

A l’image
D'une colline
Qui chancelle