vendredi 22 septembre 2017

Unité














Parfois cela
Reste ainsi
Plein ciel
Évaporé
Mémoire
Intacte
A peine
Effarouchée
Par l’approche
D’une pluie
Errante
Qui ressemble
A des cicatrices
Infimes

Parfois cela
Se règle à
L’inspiration
Un truc sanguin
Et tapageur
Comme un
Accident singulier
Le genre d'
Hémorragie de
Mémoire en
Fuite



jeudi 21 septembre 2017

H. Michaux






















Si jamais le
Mot étrange
Que l’on applique
A cette traversée
Se meurt

Par la faute
D’une sinistre
Fatigue – vaste
Solitude de la
Pensée –

L’empreinte
Exacte de nos pas
Deviendra notre
Colère

L’orage permanent
De cette existence

Ce n’est pourtant
Pas cette colère
Qui construit

Elle habite
Seulement
Le monde

Froide comme
Un vent terrible 

mercredi 20 septembre 2017

G. Bataille

















Je veux bien
Me souvenir
Ce qui m’aidera
A reconnaître
A la fois
Gagné  vaincu
Toutes ces impressions
De couleur sombre

Je veux bien
Me souvenir
Nier le temps
Cet état violent
Et voir défiler
Sans détruire
Les âmes d’emprunt

Je veux bien
Perdre les
Anathèmes
Raconter
Crûment
L’inépuisable
Ruine qui
Nous signe


mardi 19 septembre 2017

Life


















Se décompose
A la fin
Dans les bras
D’un effort suprême

Sous l’étreinte
D’un sort partagé
Par les foules

Ces profondeurs
Immenses
Qui recommandent
L’ivresse ou
La prière
Ne disent rien
Pourtant
De la nature
De cet ouvrage
Bizarre 

lundi 18 septembre 2017

Blues




















Les doutes et
Les alarmes
Déjà lus
Sont comme
L’inconnu

Ils ne désertent
Jamais
Sommeillent
Aux alentours
D’un cœur essoufflé

Dans les rougeurs
D’un matin
Quelconque

Les pics désolés
D’un ciel orageux
Qui répondent
Et chantent

Et de pleuvoir
Sur ton front
Entraînant
L’idée du
Gouffre


mercredi 13 septembre 2017

Défragmenter
















La masse confuse
De phrases
A moitié mortes
Comme les débris
D’un livre
Impossible
Que l’on jette
Ainsi en
Mélodies
Terribles
Revient à la
Vie par cette
Intermittence
Qui nous échappe
C’est l’empire
Le plus vaste
Que l’on explore
Sans pouvoir
Vraiment l’honorer
Parce qu’elle
S’empare de
Nos silences
Comme le fracas
Des capitales


mardi 12 septembre 2017

Octroi


















Regarde tes songes
Ils se détachent
De la nuit
Armés jusqu’aux
Dents

Ils t’abandonnent
A la confusion
D’un récit que
Le jour éclaire

De lui tu
Recueilles
Pourtant
L’essentiel

Le malaise
Et la joie
Comme ta
Maladie
Indécise

Une langue
Morte et ses
Pensées
Sauvages